“le dessin de la semaine n°3“

2014  Semaine 44
06-10-14, CATHERINE GEOFFRAY, oct 2014

Catherine Geoffray

“Ce dessin est tiré d’un blog que je nourris au fil des rêves que j’ai pu recueillir le matin au réveil . Ce sont des images rescapées de mes nuits que j’ordonne en un court récit que j’illustre ensuite d’un petit dessin.

Je saisis l’image dont je garde en mémoire l’empreinte la plus prégnante et je tente alors de la traduire le plus fidèlement possible en un dessin.  Ces dessins sont réalisés sur des carnets moleskine au bic noir dans un style un peu naïf plus proche de la bande dessinée que du dessin d’art. L’usage direct du bic ne permet pas le repentir. Je laisse la pointe courir sur la page légèrement avant de revenir parfois travailler les ombres et la lumière.  Au fil de cette démarche mon dessin a évolué créant un style particulier.

Peintre de formation, je n’avais pas une pratique du dessin régulière à part celui de la couleur, de la peinture sur la toile. Ce nouveau travail en marge de celui de peintre m’a permis d’ouvrir les portes de mon imaginaire nourri par mon inconscient et d’amorcer un nouveau processus de création. Ainsi, parallèlement, j’ai commencé à travailler la terre en modelant de petits blocs de porcelaine crue sans image préconçue, ni projet. Ont surgi des formes ou préformes plus ou moins hétérogènes où se dessinent des familles organiques, minérales ou végétales que la matière blanche commune de la porcelaine relie entre elles selon une logique interne ineffable.

Cette confrontation instaure un dialogue entre ces différentes créations sans que le lien soit explicite. Quelque chose se déroule qui va puiser dans mon inconscient des images émergées de mes rêves, tandis que parallèlement un monde imaginaire sculpté se peuple de formes mutantes étranges avec des résonances parfois familières.“

…………………………………………………………………………………………………………………….
CATHERINE GEOFFRAY est artiste plasticienne
Elle est née en 1960 à Téhéran. Au départ, elle est artiste peintre. Sa peinture été exposée à la galerie Corinne Caminade, dans des centres d’art et à l’étranger à Sao Paulo et à Buenos Aires. Depuis deux ans son travail a profondément changé. Elle sculpte des formes plus ou moins organiques en terre cuite et tient un journal de rêves qu’elle illustre. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :