“le dessin de la semaine n°81“

Chaque semaine, un dessin commenté par son auteur.
Vous retrouverez les 80 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“ 

2016  Semaine 40
Spirits, Frédéric Tchorbadjian

009_01-06_hl_vr_l_spirit9“J’aime construire des lignes qui prennent leur temps, des lignes qui ne vont pas directement où elles sont supposées. J’aime décomposer mes traits pour ralentir leur course, les restituer en les reliant  par des jeux compliqués. Rien de plus simple qu’un trait tiré  au moyen d’une règle, c’est devant l’espace que les choses se compliquent… l’ espace est plus grand que le dessin, il permet non seulement de fixer quelque chose mais aussi et surtout de déterminer un temps, un ordre d’apparition pour chacune. Affecter les traits d’une altération invisible comme le système modal d’une mélodie permet de définir un cadre qui va permettre aux choses de se composer naturellement. Ces retours et ces répétitions que je découvre comme le premier spectateur au fur et à mesure qu’ils se produisent, ébauchent des contours géographiques, des cartes que je tiens pour réelles… donc légèrement mystérieuses.“
……………………………………………………………………………………………………………………….
FRÉDÉRIC TCHORBADJIAN est un artiste plasticien.
Son initiation vient sans doute de ses nombreux voyages et séjours à l’étranger, qui l’ont amené à se forger une pensée picturale riche et singulière.
De l’Inde, il garde la perception d’un temps circulaire, d’une société en forme de nébuleuse-spirale, stimulante et riche de complexité. Du Japon, il saisit l’harmonie et la rigueur, l’économie et la philosophie de l’espace, le microcosme.
Puis vient, par la lecture d’ouvrages de physique et de mathématiques, la découverte de l’esthétique du langage binaire des assembleurs informatique. En parallèle le dessin se met en place et c’est en 1990 qu’a lieu sa première exposition.
Son départ pour les États-Unis lui permet grâce ses nombreux séjours dans le Nevada et la Californie de penser ses idées dans de nouvelles échelles. Viennent les premières commandes publiques, le dessin s’organise et devient alors installation.
Des points, des lignes, des vibrations et de l’espace, ses oeuvres intègrent les notions de combinaisons, de probabilités, de consignes, de jeu aussi !
Le travail de F.Tchorbadjian est présenté au Musée d’Art contemporain du Nevada, au Musée d’Art de l’Université de Long Beach, à l’Institut Zilkha de recherche en neuro-génétique de l’Université de Californie du Sud Los Angeles, au Western Asset Management de Pasadena, au Sonoma Museum of Art et nombre de collections privées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :