“Ce dessin est un extrait de carnet. Il a été fait dans un moment de vide, en 2020, un entre-deux temporel fait de doutes, d’hésitations, de non-idée, de néant. Malgré tout, une nécessité de faire sortir quelque chose était au bout du crayon. Alors un réseau s’est mis petit à petit en place, pour qu’au bout du cheminement intellectuel et graphique quelque chose pousse. Une envie, retourner à l’atelier. C’est comme ça que j’ai commencé à former des plantes de verre à la flamme de mon chalumeau. Je regardais simplement des espèces pousser, là où normalement il n’y avait pas de place. Des végétaux qui occupaient des interstices laissés vacants. Des plantes qui étaient là, en dormance.“
Mathilde Caylou

“Ce dessin date de 2019. Lors d’un séjour et résidence en Chine en 2018, j’ai été impressionnée par toutes les constructions en train de se faire ou de se refaire, enchâssées dans leurs échafaudages ou emballées dans des métrages de textiles à carreaux que j’ai aussitôt traduit à ma manière en argile. J’ai réalisé une série de dessins pour mon exposition From Paper to Clay à la galerie Catherine Issert à Saint Paul de Vence où j’ai présenté un mur d’architecture en terre posé sur de petites étagères blanches face à une longue ligne de dessins et d’aquarelles dont celui-ci. Je note que la grille est souvent présente dans mon travail, gravée dans l’argile, peinte à l’engobe ou dans les dessins.“
Daphne Corregan

En 2011, après plusieurs mois de réflexion, les Traces Habiles voient le jour. 
En 2021, après plusieurs mois de silence et en attendant de pouvoir faire la fête sereinement, nous vous proposons de découvrir pour les semaines à venir des dessins d’atelier. Réalisés par les auteurs associés des Traces Habiles, depuis 10 ans ou plus récemment, ils deviendront en quelque sorte les traces de cette longue période parcourue tous ensemble.

“Je l’ai fait après coup ! Il s’agit d’un vase pique-fleurs que j’ai réalisé en grès émaillé en pensant aux immeubles et habitations détruites par les bombardements dans différentes régions du monde… Ce vase que je vais traiter en série s’appelle TANK YOU ! C’était au départ une réponse au concours de la Petite Forme en Céramique organisé par Expressions Terre, sur le thème « Dîtes-le avec des fleurs! »
Hélène Mougin

Nous sommes au regret de devoir reporter l’exposition des lauréats du Prix dess(e)ins initialement prévue du 10 au 17 octobre, la remise des Prix et la lecture du 10 octobre 2020.
Déçus mais pas vaincus, nous vous tiendrons au courant de la reprise de cet événement.

Stimulée par le thème de l’année “dehors“ et plus que jamais déterminée à valoriser les pratiques contemporaines du dessin, l’association Les Traces Habiles est heureuse de vous annoncer les lauréats du Prix dess(e )ins 2020 :

Le jury composé de
Caroline Bouige, journaliste, enseignante et rédactrice en chef de la revue étapes
François Combeau, président de l’association Les Traces Habiles
Isabelle Daëron, designer
Olivier Marty, artiste et paysagiste dplg.
Jannick Thiroux, directeur de l’Enseigne des Oudin

a décerné :
Le Prix dess(e)ins 2020, catégorie “Univers Graphique“ à :
Cécile Cuny, École nationale supérieure des arts visuels de La Cambre

Le Prix dess(e)ins 2020, catégorie “Itinérance“ à :
Valentine Maupetit, École supérieure d’art et design de Saint-Etienne

Le Prix dess(e)ins 2020, catégorie “Correspondance“ à :
Maxime Bardou, École Nationale de la Nature et du Paysage, INSA-CVL

Mentions du jury :
Yannoé Apelbaum, Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles
Ikhlas Cherqui, École nationale supérieure de paysage – Versailles

L’exposition des dessins des lauréats aura lieu du 7 au 17 octobre 2020 à l’Enseigne des Oudin.
La remise des prix aura lieu le samedi 10 octobre à 18h, elle sera accompagnée d’une lecture du texte “On lit ou on regarde un dessin ?“.

Au vu de la situation sanitaire et de l’ensemble des mesures que nous mettons en place pour votre sécurité, il est impératif de confirmer votre présence : contact@dess-e-ins .fr  / contact@enseignedesoudin.com

Enseigne des Oudin – Fonds de dotation
4 rue Martel 75010 Paris
Lecture : Augustin Passard, Anne Seiller, Clémence Weill
Performance artistique : Olivier Marty
Paroles et textes des auteurs-associés de l’association Les Traces Habiles
Edition, conception & production : Les Traces Habiles

Dernier dessin de la semaine de la saison, bel été à tous !

Retrouvez les 204 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“
2020 ♦ Semaine 31
Les nageurs, Karima Duchamp

Une série démarrée pendant le confinement.
Travailler la gouache comme une nouvelle matière, le bleu et ses variations comme pour évoquer la Méditerranée qui m’est si chère. J’avais envie de corps bruns, de gouttelettes d’eau, de fraîcheur.
..

Diplômée des Beaux-Arts avec un solide bagage en céramique, Karima Duchamp explore l’argile et la couleur en céramique avec liberté. Inspirées par la nature et le genre humain, ses sculptures, dessins et installations sont fondées sur l’observation de phénomènes sensibles. Elle poursuit ses explorations lors de résidences artistiques (États-Unis, Japon).

On  retrouvera ses « boites aquatiques » à l’occasion de l’exposition collective de céramique contemporaine au Couvent de Treigny en Bourgogne :
« La boite à … », du 4 juillet au 6 septembre 2020, tous les jours de 14h à 19h.
Le Couvent, 89520 TREIGNY

Le dessin de la semaine
Retrouvez les 203 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“
2020 ♦ Semaine 30
Printemps 2020, Mélanie Faucher

C’est étonnant car je pensais ne pas avoir dessiné pendant le confinement, que je n’en avais pas même eu envie. Mais en fait, j’ai dessiné ! 
Quelle drôle de situation, je suis retombée sur mes dessins, des corps, de la chair, des silhouettes… 
Tout d’un coup, je réalise l’écho que ces dessins personnels ont avec mon chantier du moment : la création des vitraux de l’église de Bron sur lesquels je travaille avec Jean Jacques Fanjat et Maryline Monel. Je n’ai pas encore d’image à communiquer sur ce projet c’est donc compliqué d’expliquer le lien, mais cela viendra plus tard.

Après une formation classique en dessin et modelage, Mélanie Faucher se tourne vers l’art du vitrail. Elle est diplômée d’un CAP arts et techniques du verre, option Vitrail. Par la suite, d’ateliers en ateliers, elle se forme aux différentes techniques et développe ses compétences, notamment en peinture sur verre. Cette pratique a ouvert de nouvelles possibilités artistiques, permettant une plus grande liberté dans la composition des vitraux. 

Le dessin de la semaine
Retrouvez les 202 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“
2020 ♦ Semaine 29
Plaisir graphique, Claude Courtecuisse

Maillage graphique, entrecroisement des circuits de la pensée, récréation gestuelle et divagations préparatoires vers une interrogation sur le sens ouvert aux multiples disponibilités…

Claude Courtecuisse est artiste, designer, enseignant, il vit et travaille à Lille et Paris. Diplômé des Arts Appliqués de Paris et de l’École Normale Supérieure de Cachan il enseigne à l’École régionale des Beaux Arts de Lille de 1970 à 1987, puis assure la direction entre 1987 et 1989. De 1989 à 1992 il est Inspecteur Principal des Enseignements Artistiques au Ministère de la Culture. Chargé de cours et conseiller pédagogique de l’École Camondo entre 1988 et 2007, il a été aussi professeur agrégé à l’École Olivier de Serre de 1994 à 2007. Il intervient à l’E.N.S. Cachan pour la préparation de l’agrégation en Arts Appliqués. En tant qu’artiste, photographe, sculpteur et designer, il a réalisé de nombreuses commandes publiques et plusieurs de ses œuvres ont été acquises par le Ministère de la Culture, le Musée d’Art moderne de Villeneuve d’Ascq, le Centre Georges Pompidou.

Le dessin de la semaine
Retrouvez les 201 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“
2020 ♦ Semaine 28
Plessage, Mathilde Caylou

Je travaille le verre. Au début de l’année 2020, je suis partie en résidence de création au Site Saint Sauveur à Rocheservière. Après avoir arpenté ce nouveau territoire, j’ai travaillé sur les paysages vendéens. L’oeuvre Plessage évoque le découpage des parcelles agricoles qui forme le bocage, parcelles qui sont autant d’unités de travail délimitées par des haies. Voici un extrait du carnet de dessins de résidence, qui a donné naissance à cette oeuvre en verre filé.
L’exposition de fin de résidence est visible cet été, du 17 juin au 20 septembre 2020.
Site Saint-Sauveur, 85620 Rocheservière
http://www.sitesaintsauveur.fr

Mathilde Caylou a étudié à l’HEAR (Haute École des arts du Rhin) de Strasbourg. Elle expose régulièrement en France et à l’étranger (Strasbourg, Paris, Munich, Prague, Zwiesel, Mulhouse et Stuttgart). Elle a travaillé dans divers ateliers, à Murano, à Ebeltoft au Danemark, à Sars-Poteries (Nord) et au CIAV (Centre international d’art verrier) de Meisenthal (Moselle).