archive

Archives de Tag: Galerie d’architecture

Retrouvez les 153 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

4 partitions originales
150 interprètes
François Seigneur – Nuit Blanche 2018

Partition 1 – Nuit Blanche 2018, François Seigneur

F.Seigneur Nuit Blanche 1
MONTAGE1MLL

Partition 2 – Nuit Blanche 2018, François Seigneur

F.Seigneur Nuit Blanche 2

MONTAGE2MLl

Partition 3 – Nuit Blanche 2018, François Seigneur

F.Seigneur Nuit Blanche 3

MONTAGE9MLL

Partition 4 – Nuit Blanche 2018, François Seigneur

F.Seigneur Nuit Blanche 4
MONTAGE4MLL
Logo CAnson C    Logo Buit Blanche 2018

Publicités

Nuit Blanche 2018LEn 2017, Les Traces Habiles avaient investi la Galerie d’Architecture pour “écouter le dessin“. Cette année, nous avions décidé de le faire vivre !

Depuis 7 ans, Les Traces Habiles questionnent les pratiques du dessin dans les disciplines créatives. Cette enquête nous a permis de rencontrer de nombreux professionnels exerçant dans les domaines de l’architecture, du design, de la danse, du théâtre, de la musique, des lettres, de la gastronomie, des métiers d’art, des sciences… Leurs productions décrivent le monde qui est en train de se construire ou celui dont on rêve.

Le monde de François Seigneur nous emmène vers la musique. Ses partitions graphiques sont une invitation à interpréter les dessins qu’il a imaginés.

Du beau papier, quelques ustensiles, 30 minutes, vous avez été plus de 150 à participer.

Merci à François Seigneur, à la Galerie d’architecture, à la société Canson, à Martine Gonthié, aux médiateurs, à François Tossan et à tous ceux qui nous ont aidés à faire de cette Nuit Blanche 2018 un pur moment de bonheur.

43548756_10156172548131137_5651758159274967040_o20181006_223220M

Logo Buit Blanche 2018

Francois Seigneur 2Les Traces Habiles et La Galerie d’Architecture
vous invitent à interpréter une partition graphique de François Seigneur
le samedi 6 octobre 2018 de 19h à minuit.

11 rue des Blancs-Manteaux, 75004 Paris
Entrée libre

Partitions-Interprétations
Bertrand Lavier expose la différence d’interprétation du « rouge bordeaux » entre Novémail et Ripolin. C’est en 1990. J’avais trouvé ça formidable !
Mon père était pianiste. Nous avions 2 pianos à queue dans le séjour.
Hors de question de ne pas jouer. Que ce soit bien, moins bien ou très mal, trop vite, trop lentement, avec affectation les jours de cafard, avec entrain de temps en temps et avec élégance dans les meilleurs jours, le même morceau en voyait de toutes les couleurs.
Il y a maintenant 30 ans, j’ai voulu tenter en peinture la même chose que pour la musique ; Interpréter et faire interpréter par d’autres une peinture écrite comme peut l’être une partition musicale.
Bien que les notes et codes, accompagnés d’indications permettant d’être au plus près des intentions de l’auteur soient les mêmes pour tous, cela n’empêche pas les interprètes de nous livrer des versions parfois bien éloignées. Que ce soit fortissimo, modérato, agitato furioso ou pianissimo pour la musique d’un certain temps et puis grâce à Eric Satie “sur le bout de la langue“, “en y regardant à deux fois“ ou “ ne pas trop manger“ et autres métaphores qu’il faut lire attentivement pour tenter leur interprétation, les mots qui accompagnent les notes nous indiquent dans quelles intentions il faut jouer.
Dans mes partitions, notes et rythmes sont des graphismes, des quantités, des tailles et des couleurs.
Les instruments et les matières nécessaire pour les réaliser ainsi que leur vitesse d’exécution, leur intensité (fort, doux, atténué…) sont indiqués. Je donne le modèle du signe à interpréter en indiquant les matériaux, l’intensité, la densité et le rythme.
Contrairement à l’interprétation musicale, le tempo d’exécution est libre.
A l’opposé de la musique pour laquelle il est inimaginable d’écouter simultanément plusieurs versions, les différentes interprétations de peintures seront présentées côte à côte et dans le même temps.

François Seigneur
Fourneau le 15 juin 2013

Logo Buit Blanche 2018

Affiche nuit blanche
Nous sommes très heureux de participer à la prochaine Nuit Blanche dans le parcours OFF regroupés cette année derrière le visuel de Samuel Trenquier.

François Seigneur vous invitera ce soir là à interpréter une partition graphique à la Galerie d’architecture, 11 rue des Blancs-Manteaux 75004 Paris.

Vous pouvez vous inscrire en nous envoyant un mail à : contact@dess-e-ins.fr pour :
Séance 1 : 19h15/19h45 / Séance 2 : 19h55/20h25 / Séance 3 : 20h35/21h05
Séance 4 : 21h35/22h05 / Séance 5 : 22h15/22h45 / Séance 6 : 22h55/23h25

Vous pouvez aussi nous rejoindre, les mains dans les poches, et vous décider une fois sur place. Performance ouverte à tous, dessinateurs avertis ou débutants.

Les interprétations graphiques seront réalisées sur du papier 1557® de chez Canson, notre partenaire sur cet événement, que nous remercions chaleureusement.

Logo CAnson C.png

J-8

EXTIMITÉS CRÉATIVES / Nuit Blanche 2017
Galerie d’architecture, 11 rue des Blancs-Manteaux 75004 Paris
Entrée libre de 19h à minuit.

dessin site carnet ok
Les Traces Habiles remercient tous les créateurs, concepteurs, “faiseurs“ et chercheurs qui par leurs témoignages ont permis de constituer le recueil de textes EXTIMITÉS CRÉATIVES.

Olivier Agid, plasticien – Jean-Max Albert, sculpteur – Jalil Amor, architecte – Lee Anderson, styliste – Béatrice Aubert, danseuse – Marie-Anne Baccichet, verrier – Lucie Balança, verrier – Manuelle Bauduin, scénographe – Ruedi Baur, graphiste – Marie-Claude Beck, artiste – Aldric Beckmann, architecte – Gilles Belley, designer – Raphaèle Bernard-Bacot, artiste peintre – Michel Bertreux, architecte – Caroline Bigot, paysagiste – Amélie Blachot, paysagiste – Benoît Blary, illustrateur – Jeanne Bonnefoy-Mercuriali, céramiste – Henri Bony, architecte – Frédéric Borel, architecte – Anna Borowski, designer – Jérôme Boulbès, auteur réalisateur – Michel Bras, cuisinier – Jean-Marc Bretegnier, graphiste – Marc Bretillot, designer culinaire – Jean-Noël Buatois, coutelier – Stefano Bulfon, compositeur – Jean-Marc Bullet, designer – Laurent Burte, graphiste – Michel Camain, écrivain – Xavier Carnoy, sculpteur – Sébastien Carré, bijoutier – Mathilde Caylou, verrier – Etienne Champion, sculpteur de masque – Pierre-Emmanuel Chatiliez, storyboarder – Thierry Chavenon, chef décorateur, Lee Chengyen, artiste brodeur – Marion Chombart de Lauwe, graphiste – Louis Clair, concepteur lumière – Emmanuel Combarel, architecte – Edith Commissaire, architecte et plasticienne – Thibault Conan, graphiste – Daphné Corregan, céramiste – Sylvain Corthay, auteur et comédien – Jean-Marie Cottin, architecte – Anne-Lise Courchay, relieur parcheminier – Claude Courtecuisse, designer – Matali Crasset, designer – Isabelle Daëron, designer – Roland Daraspe, orfèvre – Camille Delafon, compositrice – Marie Delafon, illustratrice – François Delarozière, scénographe – Christophe Delmar, paysagiste – Luc Desportes, storyboarder – Alain Deswartes, architecte – Emmanuel Dietrich, designer – Bruno de Dieuleveult, storyboarder – Karima Duchamp, céramiste – Jacques Dulieu, architecte – Clémentine Dupré, céramiste – Goliath Dyèvre, designer – Aurélie Eckenschwiller, architecte designer – Isabelle Emmerique, laqueur – Ephidia, artiste peintre – Jean-Baptiste Fastrez designer – Marion Fillancq, bijoutier verrier – Nicolas Flawisky, architecte – Apolline Fluck, designer, Chloé Francisci, paysagiste – Lucie Frolet, designer – Elise Gabriel, designer – Lauréline Galliot, designer – Clémence Gandillot, auteur illustrateur – Laure Garreau, designer – Catherine Geoffray artiste – Anne-Sophie Gillet, graphiste – Emmanuel Giraud, journaliste gastronomique – Bruno Goud, biologiste – Julia Graffin Von Sponeck, architecte – Benjamin Graindorge, designer – Patrick Grandvuillemin, scénographe – Marie Grimaud, joaillière – Ahmet Gülgönen, architecte – Pascale Hanrot, scénographe – Martine Hardy, céramiste – Manon Hazebroucq, paysagiste – Gaël Hiétin, designer – Sara Holt, sculpteur – Bruno J. Hubert, architecte – Jean-Jacques Hubert, architecte – Isabelle Janier, metteur en scène – Nicolas Karmochkine, architecte – Jean-Marc Kerdelhué, chef décorateur – Pascale Klingelschmitt, céramiste – Christelle Kocher, styliste – Pauline Krier, tapissière- Martin Lacreuse, illustrateur – Samuel Lacroix, designer – Sabine Lalande, céramiste – Charlotte Lamoglia, graphiste – Sébastien Lange, metteur en scène – Aurélie Lanoiselée, brodeuse – Erwan Le Bourdonnec, architecte et plasticien – Etienne Lecroart, auteur illustrateur – Louise Lefebvre, paysagiste – Emmanuel Lesgourgues, architecte – Octavio Lopez, compositeur – Patrick Loughran, céramiste – Thierry Martenon, sculpteur – Olivier Marty, artiste paysagiste, – Franck Mas, auteur, metteur en scène – Laurent Massaloux, designer – Vincent Mauroux, paysagiste – Olivier Melilli, orfèvre Catherine-Jeanne Mercier, scénographe, plasticienne – Sophie Milenovich, designer textile – Évelise Millet, illustratrice – Fabien Monrose, danseur – Denis Montel, architecte – Hélène Mougin, céramiste Muglück, illustratrice – Maori Murota, cuisinière – Roger Narboni, concepteur lumière – Patrice Novarina, architecte – Marianne Peyre, artiste textile – Sylvie Pic, artiste plasticienne – Paul de Pignol, sculpteur Gérard Plénacoste, graphiste – Alexandre Poisson, designer – Mathias Poisson, artiste designer – Jean Michel Quesne, scénographe – Claire Renard, compositrice – Rudy Ricciotti, architecte – François-Xavier Richard, dominotier – Anne-Lise Riond Sibony, verrier – Tangui Robert, architecte – Julien Rodriguez, artiste – Paul Louis Rossi, écrivain – Alexis Roy, architecte – Elisabeth Rubin, designer – Julian Schwarz sculpteur – Bertrand Secret, céramiste – Bertrand Segers, architecte plasticien – François Seigneur architecte – Marie Sellier, écrivain – Frédéric Siard, dessinateur – Jacotte Sibre, costumière – Frédéric Tchorbadjian, artiste – Hervé This, biologiste – Alexandra Tollet, céramiste – Hervé Tullet, auteur illustrateur – Gérald Vatrin, verrier – Ionna Vautrin, designer – Juliette Vergne, designer textile – Jean-François Vrod, musicien – Christine Waxweiller, céramiste – Felix Werner, physicien – Catherine Zask, graphiste

EXTIMITES CRÉATIVES :
Lu par Jean-Edouard Bodziak, Franck Mas, Augustin Passard, Anne Seiller, Clémence Weill

Avec la participation de Aldric Beckmann, Paul de Pignol, Bertrand Segers, Catherine Zask
Captation dessinée : Olivier Marty
Conception, partition textuelle et visuelle : Claire Combeau
Conception lumière : Soizick Bihen

Nous vous attendons nombreux le samedi 7 octobre 2017 à la Galerie d’Architecture,
à l’occasion de la Nuit Blanche 2017,
Entrée libre de 19h à minuit, 11 rue des Blancs-Manteaux 75004 Paris.

Les Traces Habiles Extimités Créatives 2L

Nuit blanche…

Synonyme de charrettes pour tous les professionnels exerçant dans les domaines créatifs, la nuit blanche est le cadre de tous les possibles, de l’introspection compulsive à l’extériorisation démonstrative, seul ou en équipe, autour de “l’œuvre en cours“.

Notre nuit blanche sera collective
La soirée restitue les entretiens réalisés depuis 6 ans auprès de 150 créateurs sur leurs pratiques du dessin : architectes, designers, paysagistes, graphistes, scénographes, metteurs en scène, danseurs, comédiens, musiciens, écrivains, cuisiniers, artisans d’art, scientifiques…

Notre nuit blanche sera festive
De 19h à minuit, Les Traces Habiles invitent le public à une lecture déambulatoire, qui alternera paroles collectives et récits individuels, projections et dessin en live.

Notre nuit blanche sera “studieuse“
Extimités Créatives propose de pénétrer dans les coulisses de la création et de découvrir les multiples enjeux du dessin/dessein dans le processus créatif.

Extimités Créatives / Les Traces Habiles 2011-2017
Lecture par Jean-Edouard Bodziak, Franck Mas, Augustin Passard, Anne Seiller, Clémence Weill
Avec la participation de Aldric Beckmann, Paul de Pignol, Bertrand Segers, Catherine Zask
Captation dessinée : Olivier Marty
Conception, partition textuelle et visuelle : Claire Combeau
Conception lumière : Soizick Bihen
Paroles et textes des auteurs-associés des Traces Habiles.

NB-2017-bleu