archive

Archives de Tag: Jean-Marc Bullet

Allez, on s’y remet avec courage…
Le dessin de la semaine
Retrouvez les 179 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2020 ♦ Semaine 12
Étude pour composteur, Tropicalisation des usages et des savoirs faire, Jean-Marc Bullet

Dans mon travail je m’intéresse aussi bien à l’histoire des Antilles, qu’à celle du design. Très longtemps ces deux histoires ont occupé mon esprit de façon séparée. Et un jour, j’ai lu un livre qui s’intitule  la maison « tropicale » de Jean Prouvé. Ce n’est pas tant l’esthétique qui m’a intéressé que le contexte historique. Par la suite j’ai compris que je séparais les histoires parce que la société dans laquelle je vivais m’avait appris à le faire. A partir de ce constat mes dessins ne sont pas seulement des projets de design mais chacun interroge tantôt interroge l’Histoire, les histoires, mon histoire, tantôt des pratiques culturelles. On y retrouve des problématiques constantes : l’enracinement, l’identité, …
Le dessin que je présente fait partie d’une recherche sur des composteurs en milieu urbain. C’est  l’occasion d’y projeter mes préoccupations citées plus haut.

Jean-Marc Bullet vit et travaille entre la Chine et la Martinique où il fonde son agence Bullet&Associes en 2009. En Chine il travaille en collaboration avec des agences de design (MOXI Studio)  et d’architecture (MOFEI Architecture).  Il enseigne également le design aussi bien en Chine (Nankin, Hangzhou) qu’au Campus Caraïbéen des Arts. Son travail est un trait d’union entre design et paysage dans lequel il traite aussi bien des questions écologiques que sociales. Il considère le design comme un moyen d’agir sur le monde que tout un chacun devrait maitriser. C’est la raison pour laquelle ces créations nous mettent toujours en position d’acteur plutôt que spectateur. Tantôt objets, tantôt espaces, elles transforment les relations sur lesquelles elles opèrent. 
Sur le plan social,  ces créations sont de véritables catalyseurs de relations sur un territoire, conjuguant les personnes, leurs usages et leur savoir être, demandant de l’engagement afin créer des lieux fertiles au lien social. Aussi,  ce n’est pas seulement une sensibilité écologique qui transparait dans son travail, mais une manière d’être au monde, de penser la relation à la nature, de vivre.
Il est diplômé de la Haute Ecole d’Art du Rhin et de l’Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle  (ENSCI les Ateliers). Il a réalisé des jardins notamment à Strasbourg et Mulhouse. Son travail a reçu de nombreuses récompenses notamment le prix Gaz de France, l’Etoile Observeur du design en France et le German Design Award en Allemagne.

Retrouvez les 136 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2018  Semaine 12
L’homme enraciné, Jean-Marc Bullet

l'homme enraciné J.M.Bullet

Dans mon travail, j’explore une dimension culturelle et sociale. Comment, à partir de son bagage culturel et social, l’homme moderne peut-il être en relation consciente avec son environnement ?  À travers le dessin, j’explore la question de la relation au vivant où l’homme est un acteur à part entière d’un écosystème, ni naturel ni artificiel, profondément en relation.  Les processus naturels, la croissance des plantes, les connaissance du jardinier, de l’ethno-pharmacologue sont une source d’inspiration pour mes dessins. Je cherche à dessiner un homme nouveau, un homme en relation avec sa culture, avec la nature, dans l’espace urbain.
……………………………………………………………………………………………………………………….
Né en 1980, en France, JEAN-MARC BULLET est diplômé successivement de  l’ESAD, École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg en paysage et de l’ENSCI- les Ateliers. Son travail part du postulat que les pratiques culturelles se font toujours dans un jeu de relation entre acteurs reliés qu’ils soient humain, animal, végétal ou élément naturel (vent, lumière, eau). C’est dans cet aire de jeu qu’il imagine des dispositifs, espace ou objet, comme des catalyseurs de relation qu’il appelle des objets passeurs. Tout juste diplômé en 2012, il fonde l’agence Bullet&Associés et enseigne le design au Campus Caraïbéen des Arts en Martinique. Son projet de diplôme de l’ENSCI, “Design en territoire rhizomique” est présenté à la Biennale de design à Saint Étienne en 2013. En Martinique, il réalise des scénographies d’exposition pour des institutions publics comme la Chambre de Commerce et de l’Industrie et collabore avec la Ville de Fort-de-France à des programmes de rénovation urbaine. Fin 2016, il part en Chine comme directeur artistique pour une agence de design. De retour en France il présente en 2017 le projet composteurs urbains au Parc des Tuileries à l’exposition “Jardins, Jardin”.