archive

Archives de Tag: Marie-Anne Baccichet

Retrouvez les 140 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2018 ♦ Semaine 16
Sans titre, Marie-Anne Baccichet

M.A Baccichet

“Les pages blanches du carnet se remplissent jour après jour de dessins. Cette étape indispensable nourrit ma création. Il apparaît au tout début pour fixer une idée, qui parfois ne verra jamais le jour. A ce stade, je me perds dedans pour mieux appréhender sa concrétisation physique. Le dessin m’accompagne non seulement avant, mais aussi pendant et à la fin du processus de création. Il traduit mon obsession du moment, jusqu’à parfois se transformer et ouvrir un nouveau champs de recherches.”
………………………………………………………………………………………………………………………
Marie-Anne Baccichet commence sa formation en 2004 à l’école des Beaux-Arts de Nîmes. Puis elle décide de poursuivre son cursus à l’atelier Verre de l’école des Arts décoratifs de Strasbourg où elle obtient un DNSEP (Diplôme national supérieur d’expression plastique) en 2010. Elle vit et travaille actuellement à Strasbourg.

“Un dessin de la semaine » un peu exceptionnel
car il nous permet de vous annoncer la sortie du livre :

“La consigne, les dessins des métiers d’art“,

que vous pourrez trouver en exclusivité au Salon Révélations
(stand Éditions Ateliers d’Art de France, H14)
du 3 au 8 mai 2017 au Grand Palais à Paris.

Cet ouvrage présente un fonds inédits de quelque 260 dessins réalisés par 50 créateurs.
Conçu et réalisé par l’association Les Traces Habiles, le livre a été récompensé par le Prix La Pensée de la Fondation Ateliers d’Art de France.

A cette occasion, nous vous donnons rendez-vous le samedi 6 mai 2017 au Grand Palais :
– de 15h à 16h pour la conférence “les dess(e)ins de la création“ avec Isabelle Daëron, designer/ Jean-Baptiste Fastrez, designer / Patrick Loughran, céramiste / Alain Mailland, tourneur et sculpteur sur bois.
– de 17h30 à 19h pour la remise du Prix La Pensée.

2017  Semaine 16
Pompon, Marie-Anne Baccichet

La consigne, les dessins des métiers d'art

“Une fois n’est pas coutume, mes souvenirs d’enfance ont nourri mes idées de sculptures. Cela fait un moment que je souhaites mettre le pompon à l’honneur. Il est l’objet emblématique de mon enfance. Je l’ai toujours trouvé amusant, coloré et ludique. J’en ai souvent confectionné, aidée de ma grand-mère.
Aujourd’hui couché sur le papier, il m’apparaît différent, vivant et inquiétant. Mon carnet se rempli de dizaines de pompons de couleurs différentes. Au fur et à mesure que je les dessine, ils se déforment et perdent leur forme initiale. Le pompon est présent déstructuré. Il est devenu un parasite.“
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
MARIE-ANNE BACCICHET commence sa formation en 2004 à l’école des Beaux-Arts de Nîmes. Puis elle décide de poursuivre son cursus à l’atelier Verre de l’école des Arts décoratifs de Strasbourg où elle obtient un DNSEP (Diplôme national supérieur d’expression plastique) en 2010. Elle vit et travaille actuellement à Strasbourg.

2016  Été 2016
Sans titre, Marie-Anne Baccichet

M.A.Baccichet L“Une fois n’est pas coutume, mes souvenirs d’enfance ont nourri mes idées de sculptures. Cela fait un moment que je souhaite mettre le pompon à l’honneur. Il est l’objet emblématique de mon enfance. Je l’ai toujours trouvé amusant, coloré et ludique. J’en ai souvent confectionné, aidée de ma grand-mère.
Aujourd’hui couché sur le papier, il m’apparaît différent, vivant et inquiétant. Mon carnet se remplit de dizaines de pompons de couleurs différentes. Au fur et à mesure que je les dessine, ils se déforment et perdent leur forme initiale. Le pompon est à présent déstructuré. Il est devenu un parasite.“

……………………………………………………………………………………………………………………….
MARIE-ANNE BACCICHET est une artiste plasticienne, diplômée de l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg en 2010. Aujourd’hui, son temps se divise en deux : son atelier pour sa pratique personnelle (dans la campagne alsacienne) et l’atelier du Centre International d’Art Verrier de Meisenthal, où elle est salariée en tant que souffleuse de verre. 
Ses travaux de sculptures-installations sont souvent de longue haleine, sa patience n’a pas de limite. Depuis quelques mois, elle s’est lancée dans la confection de son nouveau projet autour des pompons. Associée à d’autres matières telles que le verre ou la céramique, la laine prend une tout autre dimension. Elle aime piéger le regardeur. La couleur de ses sculptures appâtent le chaland, tandis que se cachent derrière elles l’inattendue. 

Chaque semaine, un dessin commenté par son auteur.
Vous retrouverez les 58 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“ 

2016  Semaine 8
Sans titre, MARIE-ANNE BACCICHET
marie-anne baccichet

“Mon travail évolue à la frontière du monde de l’enfance et de celui de l’adulte. Mes souvenirs agissent comment des flashs, déclencheurs de chacune de mes pièces. Je tente de me réapproprier ces souvenirs fantasmés, rendus inaccessibles par le temps. Les réminiscences du passé se couchent d’abord sur le papier avant d’investir l’espace physique. Ces “dessins prématurés” font partie intégrante de mon travail plastique. Mon esprit se libère et ma main glisse intuitivement sur le support jusqu’au moment où je prends conscience que le volume est enfin né. Le verre est mon matériau de prédilection. Ma gestuelle est simple, mon action est directe et se répète jusqu’à saturation. L’accumulation créée l’illusion. L’objet final ne semble plus être celui de départ. L’inattendu fait surface. Je joue avec le spectateur, le surprends. Un glissement s’opère. Mes objets sont fragiles, à la limite de la disparition. Mes installations attirent, amusent mais cachent une violence inhérente. Un drame est en suspens.“
……………………………………………………………………………………………………………………….
MARIE-ANNE BACCICHET commence sa formation en 2004 à l’école des Beaux Arts de Nîmes. Puis elle décide de poursuivre son cursus à l’atelier Verre de l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg où elle obtient un DNSEP en 2010. Elle vit et travaille actuellement à Strasbourg.