archive

Archives de Tag: Matali Crasset

Le dessin de la semaine
Retrouvez les 169 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“ 

2019 ♦ Semaine 20
Sophie Zaïkowska, matali crasset

“Mon rapport au dessin a toujours été doublé de la peur de la forme ou de l’esthétique. En parallèle des animations que je nomme des « soft fictions », j’ai commencé à développer une pratique intime de dessins, dans des carnets de sténo.
Parallèlement j’ai initié une suite de portraits de femmes.
Ces dessins sont un prolongement, une activation possible de ces « soft fictions ».
Je suis comme poussée à toujours me remettre en cause. C’est ce qui me fait évoluer et avancer.”

matali crasset est designer industriel de formation et a créé sa propre structure, matali crasset productions au début des années 2000.
matali crasset envisage le design comme une recherche. Elle travaille à partir d’une posture décentrée qui lui permet à la fois d’intervenir sur la vie quotidienne et de projeter des scénarii pour le futur. Sa méthodologie est faite d’observation des pratiques ordinaires et de remise en cause des principes d’organisation habituels. Portant un regard à la fois expert et toujours neuf sur le monde, elle questionne l’évidence des codes pour mieux s’en affranchir. Son travail consiste alors à chercher de nouvelles typologies et à formuler des logiques de vie inédites. Elle définit cette recherche comme un accompagnement, en douceur, vers le contemporain.
Ses territoires d’intervention sont multiples et ses collaborations variées, Ikea, Hi Hotel à Nice ou Dar Hi à Nefta, l’Ecole Le Blé en Herbe de Trébédan, SM’s à s’Hertogenbosch aux Pays-Bas… Elle rassemble des univers ordinairement bien distincts, de l’artisanat à l’art contemporain (Vent des Forêts), de l’industrie textile au commerce équitable, réalisant des projets de scénographie, de mobilier, d’architecture, de graphisme, des collaborations avec des artistes (Peter Halley), avec de jeunes entreprises d’édition de mobilier, avec des municipalités (Bibliothèque de Genève, Ville d’Istres…) et des collectivités.
C’est finalement autour de la question du vivre ensemble que s’organisent les fictions, les récits et le sens du travail de matali.
Un documentaire sur son travail, réalisé par Rémy Batteault, sera diffusé sur France 5 à l’automne 2019.

2016  Semaine 39
Sans titre, Matali Crasset
matali_crasset_drawings

“Une suite de dessins numériques réalisée en parallèle de l’installation la cathédrale dans l’étable dans le cadre de la Biennale C.Ar.D. sur les collines de Piacenza en Italie organisée par Franco Raggi.
La métamorphose d’une étable en lieu de contemplation.
Un lieu en devient un autre, la vie passe et se réactive autrement.
La magie des lieux ne tient pas à leur forme, ni à leur fonction mais à la façon dont on les habite. Un éloge à la vie.
Les dessins jouent des métamorphoses, visages, lampes, espace… les couleurs et les cernes permettent d’ouvrir plusieurs portes mentales à la manière d’un jeu.“
……………………………………………………………………………………………………………………….
matali crasset est designer industriel de formation. Elle a fait ses premières armes dans les années 1990 auprès de Denis Santachiara en Italie et Philippe Starck en France. Au début des années 2000, elle a créé sa propre structure, matali crasset productions. C’est à Belleville, au cœur d’un quartier populaire parisien, dans une ancienne imprimerie réhabilitée en logements et petits jardins qu’elle a installé son studio, attenant à sa maison, au beau milieu des allées et venues des voisins et des jeux des enfants.
Ses territoires d’intervention sont multiples, toujours liés à des rencontres. Elle collabore avec des acteurs variés, aussi bien l’artisan qui souhaite faire évoluer sa pratique qu’un particulier en quête d’un nouveau scénario de vie domestique, aussi bien l’industriel prêt à expérimenter que l’hôtelier qui veut développer un nouveau concept (Hi Hotel à Nice ou Dar Hi à Nefta), aussi bien la petite commune rurale qui cherche à valoriser son dynamisme culturel et social que le musée qui souhaite se métamorphoser (SM’s à s’Hertogenbosch aux Pays-Bas). Elle rassemble des univers ordinairement bien distincts, de l’artisanat à l’art contemporain, de l’industrie textile au commerce équitable, réalisant des projets de scénographie, de mobilier, d’architecture, de graphisme, des collaborations avec des artistes (Peter Halley), avec de jeunes entreprises d’édition de mobilier, avec des municipalités et des collectivités…
Cette expérience acquise au fil des années l’engage désormais dans des projets de plus en plus participatifs, au niveau local comme au niveau global, en milieu rural comme en milieu urbain. A partir de rencontres, d’ateliers de création, de réflexions et d’envies communes, elle travaille avec des porteurs de projets différents mais qui tous ont la conviction que les dynamiques collectives engendrent des scenarii plausibles de lien social.
C’est finalement autour de la question du vivre ensemble que s’organisent les fictions, les récits et le sens du travail de matali.
Les éditions Rizzoli ont publié une monographie retraçant son parcours.
http://www.matalicrasset.com

2015 ♦ Semaine 44
Sadsuperman, MATALI CRASSET
Matali Crasset

“C’est une pratique autonome sans rapport à mon activité principale. Je dessine tous les matins trente minutes avant de passer dans le studio. Dans ma pratique habituelle de designer je ne dessine pas ou plus exactement je ne cherche pas en dessinant. Je n’inscris sur le papier un projet uniquement quand son image mentale est précise, du cerveau à l’ordinateur qu’il n’y a presque qu’un pas.
Dans ces dessins, le plus souvent des formats A4 j’utilise des feutres noir ou de couleur.
Ce sont très souvent des représentations humaines, comme des cartographies sensorielles ou des topographies.
J’utilise à l’inverse du design rarement la couleur en aplat mais plutôt pour cerner.
Souvent je scanne ces dessins et les imprime de manière unique quand ils sont présentés ou réalise des zines que je donne.“
……………………………………………………………………………………………………………………….
matali crasset est designer industriel de formation. Elle a fait ses premières armes dans les années 1990 auprès de Denis Santachiara en Italie et Philippe Starck en France. Au début des années 2000, elle a créé sa propre structure, matali crasset productions. C’est à Belleville, au cœur d’un quartier populaire parisien, dans une ancienne imprimerie réhabilitée en logements et petits jardins qu’elle a installé son studio, attenant à sa maison, au beau milieu des allées et venues des voisins et des jeux des enfants.
Ses territoires d’intervention sont multiples, toujours liés à des rencontres. Elle collabore avec des acteurs variés, aussi bien l’artisan qui souhaite faire évoluer sa pratique qu’un particulier en quête d’un nouveau scénario de vie domestique, aussi bien l’industriel prêt à expérimenter que l’hôtelier qui veut développer un nouveau concept (Hi Hotel à Nice ou Dar Hi à Nefta), aussi bien la petite commune rurale qui cherche à valoriser son dynamisme culturel et social que le musée qui souhaite se métamorphoser (SM’s à s’Hertogenbosch aux Pays-Bas). Elle rassemble des univers ordinairement bien distincts, de l’artisanat à l’art contemporain, de l’industrie textile au commerce équitable, réalisant des projets de scénographie, de mobilier, d’architecture, de graphisme, des collaborations avec des artistes (Peter Halley), avec de jeunes entreprises d’édition de mobilier, avec des municipalités et des collectivités…
Cette expérience acquise au fil des années l’engage désormais dans des projets de plus en plus participatifs, au niveau local comme au niveau global, en milieu rural comme en milieu urbain. A partir de rencontres, d’ateliers de création, de réflexions et d’envies communes, elle travaille avec des porteurs de projets différents mais qui tous ont la conviction que les dynamiques collectives engendrent des scenarii plausibles de lien social.
C’est finalement autour de la question du vivre ensemble que s’organisent les fictions, les récits et le sens du travail de matali.
Les éditions Rizzoli ont publié une monographie retraçant son parcours.
http://www.matalicrasset.com