archive

Archives de Tag: Sébastien Lange

Nouvelle année, nouveau dessin !
Vous retrouverez les 128 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2018  Semaine 4
Déserts, Sébastien Lange

Sébastien Lange 01:18

“C’est un dessin de technique mixte : encre, peinture, cire, cendres, pastels. Ce désert de neige, de pierres et de sable fait partie d’une étude pour un projet d’exposition au Musée d’art contemporain de Ciudad Juárez au Mexique. Il s’agira d’exposer 8 tableaux composés de 8 tonalités différentes du désert du Chihuahua, de la plus claire (celle-ci) à la plus foncée (de nuit). Dans chaque tableau sera caché un signe évoquant une femme disparue dans ce désert. Je laisse au visiteur le soin de découvrir ces signes ce qui évidemment et si il le découvre changera le sens de la représentation de ce désert.“
……………………………………………………………………………………………………………………….
SEBASTIEN LANGE est comédien. Il interprète les œuvres de William Shakespeare, Nikolaï Erdman, Spiro Scimone, Patrick Kermann… En 2007, il passe de l’autre côté de la scène pour la pièce Dramuscules de Thomas Bernhard qu’il met en scène- et en son. Il a une conception du théâtre comme étant un exercice de groupe, un ensemble d’échanges, et c’est pourquoi il fonde en 2005 le collectif De Quark avec trois autres comédiens, metteurs en scène et dramaturges. Le collectif s’attache à interroger les frontières au sens large : entre les formes, les identités, les disciplines. En 2014, le collectif initie un processus de mise en scène qui intègre différents textes contemporains de format court et joue dans des lieux divers tels un théâtre, une galerie d’art, un tri postal, une salle de sport, un musée d’art contemporain. Il vit et travaille actuellement au Mexique.

2016  Semaine 37
Ciudad Juarez, Sébastien Lange

sebastien-langel
Voici le dessin d’une de mes créations au Mexique, à Ciudad Juarez lieu du premier féminicide de l’histoire et de la guerre des cartels où je vis actuellement. C’est un cimetière grandeur nature avec des acteurs qui chuchotent leur histoire de morts, ordonné  comme un oratorio dont le choeur final intègrera les morts de la révolution mexicaine.
……………………………………………………………………………………………………………………….

SEBASTIEN LANGE est comédien. Il interprète les œuvres de William Shakespeare, Nikolaï Erdman, Spiro Scimone, Patrick Kermann… En 2007, il passe de l’autre côté de la scène pour la pièce Dramuscules de Thomas Bernhard qu’il met en scène- et en son. Il a une conception du théâtre comme étant un exercice de groupe, un ensemble d’échanges, et c’est pourquoi il fonde en 2005 le collectif De Quark avec trois autres comédiens, metteurs en scène et dramaturges. Le collectif s’attache à interroger les frontières au sens large : entre les formes, les identités, les disciplines. En 2014, le collectif initie un processus de mise en scène qui intègre différents textes contemporains de format court et joue dans des lieux divers tels un théâtre, une galerie d’art, un tri postal, une salle de sport, un musée d’art contemporain. Il vit et travaille actuellement au Mexique.

“INTIMITÉS CRÉATIVES“  au 6 rue Elzévir, 75003 Paris
du 12 au 14 avril 2013 de 12h à 20h
autour des dessins de Marie-Claude Beck, Caroline Bigot, Henri Bony, Jean-Marc Bretegnier, Jean-Noël Buatois, Michel Camain, Pierre Emmanuel Chatiliez, Edith Commissaire, Thibault Conan, Claude Courtecuisse, Marie Delafon, Nicolas Flawisky, Catherine Geoffray, Emmanuel Giraud, Benjamin Graindorge, Ahmet Gülgönen, Isabelle Janier, Jean-Marc Kerdelhué, Samuel Lacroix, Charlotte Lamoglia, Sébastien Lange, Erwan Lebourdonnec, Emmanuel Lesgourgues, Vincent Mauroux, Catherine-Jeanne Mercier, Sophie Milenovich, Patrice Novarina, Paul de Pignol, Bertrand Segers, Marie Sellier, Jean-François Vrod et Catherine Zask.
Nous serons heureux de vous accueillir plus particulièrement :
 le jeudi 11 avril 2013 à partir de 18h pour le vernissage 
• le samedi 13 avril à partir de 15h autour de Catherine Zask
pour la signature de son “Carnet recomposé“.


L’exposition PARTITIONS est ouverte au public jusqu’au 6 décembre 2012 de 10h à 18h,
du lundi au vendredi avec une ouverture exceptionnelle le samedi 24 novembre 2012.
ENSCI : 48, rue Saint-Sabin 75011 Paris.

-> Prolongation jusqu’au jeudi 13 décembre 2012 inclus.
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Dans les phases de recherche liées à la création, la pensée, face à la complexité des données en jeu, oscille entre décomposition et re-composition. Les types de partitions retenues, leurs logiques et leurs représentations, renseignent sur le processus d’élaboration de la pensée. Qu’il s’agisse d’écriture, d’architecture, de design, de cinéma, de musique, de gastronomie, le fait de “diviser-partager“ une entité permet suivant les cas de :

• rendre compte de la complexité d’un phénomène ou d’un territoire
• raconter le déroulement d’une œuvre, d’un récit ou d’un déplacement
• visualiser les étapes d’un développement, phase, stade, avancement
• représenter des hypothèses, variations ou déclinaisons …

Se pose alors la question de la représentation !
La partition musicale se compose d’un ensemble de signes notés sur des portées distinctes, disposées les unes au-dessous des autres, de l’aigu au grave, de manière à se correspondre dans le temps.
La notation de la danse a, elle, évolué, passant de schémas qui expriment “la figure“ à la Notation Laban qui traduit par des signes les éléments constitutifs du mouvement – l’espace, le temps, le poids, la force – sur une portée verticale, la lecture verticale indiquant la successivité des mouvements et la lecture horizontale leur simultanéité.
En amont, en parallèle et parfois en réaction à ces représentations codées, certains compositeurs ou chorégraphes conçoivent leur propre écriture pour poser les bases de leur création.
Dans l’univers du cinéma, le travail de découpe du scénario est l’occasion d’introduire les premiers visuels. Il peut s’agir alors d’un simple texte annoté dans la marge ou d’un storyboard précis, composé de vignettes défilantes qui simulent les différents plans de la caméra.
Dans l’étude d’un objet ou d’un bâtiment, la compréhension et l’articulation des différentes entités
– structures, formes ou matières – nécessitent parfois des représentations fragmentaires de type “axonométries éclatées“ qui sont alors à rapprocher des “écorchés“ de médecine.
Dans le registre du paysage, les cartes et blocs-diagrammes proposent, sur la base de projections horizontales, une spatialisation du territoire.
Les historiens utiliseront les frises chronologiques, les scientifiques les diagrammes…

Le premier ensemble de dessins présentés regroupe les partitions construites sur l’échelle du TEMPS : • Les écritures de la durée, la successivité des étapes, les stades, phases ou relevés de l’évolution, naturelle ou provoquée.
• Les diverses captations du mouvement, représentations narratives, descriptives ou “prescriptives“, les codes et interprétations.

Le deuxième ensemble rassemble les démarches liées au TERRITOIRE :
• Les notations spatiales, les traductions ou constructions abstraites, imaginaires, thématiques et/ou sensibles.
• Les relevés d’itinérances : visions fugitives ou “cartes-mémoires“ qui forment un lien dynamique entre auteur, temps et espace.

Le troisième ensemble révèle les décompositions d’une ENTITÉ :
• La fragmentation des éléments constitutifs : éclatement, stratification d’un corps, objet, récit ou concept ….
• L’inventaire des déclinaisons : hypothèses, modes d’emploi, scénarios …

Recomposées en série ou présentées comme des documents autonomes, ces partitions dessinées, que nous sommes invités à déchiffrer, nous proposent de nouvelles lectures autour de projets en cours ou finalisés.

Merci aux auteurs et aux étudiants de l’ENSCI qui en révélant la part intime, parfois inachevée et souvent méconnue, de leurs productions, nous permettent de mieux saisir les enjeux de leurs partitions :
Hugo l’Ahelec, ENSCI / Béatrice Aubert, danseuse, notatrice Laban / Sybille Berger, ENSCI / Caroline Bigot, artiste et paysagiste / Henri Bony, architecte / Jérôme Boulbès, auteur réalisateur / Stefano Bulfon, compositeur / Laurent Burte, graphiste / Caroline Burzynski, ENSCI / Michel Camain, écrivain Marianne Cardon, ENSCI / Louis Clair, concepteur lumière / Edith Commissaire, architecte d’intérieur, plasticienne / Bruno de Dieuleveult, storyboarder / Apolline Fluck, designer / Matéo Garcia, ENSCI  Benjamin Graindorge, designer / Ahmet Gülgönen, architecte / Chemsedine Henriche, ENSCI / Gaël Hiétin, designer / Deborah Kupfer, ENSCI / Samuel Lacroix, designer / Sébastien Lange, metteur en scène / Etienne Lecroart, auteur illustrateur / Louise Lefebvre, paysagiste / Octavio Lopez, compositeur / Gemma Lord, ENSCI / Thibault Louvet, ENSCI / Olivier Marty, artiste paysagiste / Sophie Milenovich, designer textile / Mügluck, auteur illustrateur / Maori Murota, cuisinière / Yann Ng Joon, ENSCI / Antoine Pateau, ENSCI / Kevin Pinsembert, ENSCI / Mathias Poisson, designer plasticien /  Jean-Michel Quesne, scénographe / Claire Renard, compositrice / Paul Louis Rossi, écrivain / Bertrand Segers, architecte / Diane Sire, ENSCI / Catherine Zask, graphiste.