158

Daphne Corregan

Céramiste, 1954
daphne-corregan-1
158.01

Bouquet

Mon travail commence le plus souvent par le croquis, ce qui me permet de préciser des idées parfois vagues et de les développer dans des cahiers ou sur n’importe quel support à portée de la main. Je garde religieusement ces esquisses comme aide-mémoire pour me permettre de reconsidérer une réflexion antérieure.
Lors de la réalisation en volume, je tente de préserver la même spontanéité, ce qui peut induire le choix de la technique que je retiens pour sa mise en forme. Pendant de nombreuses années, les parois de mes pièces réalisées « à la plaque » devenaient également un prétexte au dessin. Si la silhouette de la pièce respectait la ligne rapide du croquis, le dessin gravé pouvait lier deux volumes, souligner une forme ou être totalement indépendant du sens de l’objet.
Mes céramiques, tout comme les croquis, peuvent aussi inspirer des dessins qui vont bien au-delà de la simple prise de notes. Si de nouveaux critères rentrent en jeu, mes préoccupations de sens, de forme, de matière et de couleur sont étroitement liées.

daphne-corregan-2
158.02

Sans titre

Mon travail commence le plus souvent par le croquis, ce qui me permet de préciser des idées parfois vagues et de les développer dans des cahiers ou sur n’importe quel support à portée de la main. Je garde religieusement ces esquisses comme aide-mémoire pour me permettre de reconsidérer une réflexion antérieure.
Lors de la réalisation en volume, je tente de préserver la même spontanéité, ce qui peut induire le choix de la technique que je retiens pour sa mise en forme. Pendant de nombreuses années, les parois de mes pièces réalisées « à la plaque » devenaient également un prétexte au dessin. Si la silhouette de la pièce respectait la ligne rapide du croquis, le dessin gravé pouvait lier deux volumes, souligner une forme ou être totalement indépendant du sens de l’objet.
Mes céramiques, tout comme les croquis, peuvent aussi inspirer des dessins qui vont bien au-delà de la simple prise de notes. Si de nouveaux critères rentrent en jeu, mes préoccupations de sens, de forme, de matière et de couleur sont étroitement liées.

Biographie

Daphne Corregan est née en 1954 à Pittsburgh (Pennsylvanie) et s’installe en France en 1971. Elle enseigne la céramique et le design d’objet à l’École supérieure d’arts plastiques et de scénographie de Monaco de 1989 à 2015 et fait de nombreux voyages dans le monde entier, durant lesquels elle développe des workshops, des résidences d’artistes et des expositions. Membre de l’Académie internationale de la céramique, ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections publiques et privées.