“le dessin de la semaine n°44“

2015 ♦ Semaine 44
Sadsuperman, MATALI CRASSET
Matali Crasset

“C’est une pratique autonome sans rapport à mon activité principale. Je dessine tous les matins trente minutes avant de passer dans le studio. Dans ma pratique habituelle de designer je ne dessine pas ou plus exactement je ne cherche pas en dessinant. Je n’inscris sur le papier un projet uniquement quand son image mentale est précise, du cerveau à l’ordinateur qu’il n’y a presque qu’un pas.
Dans ces dessins, le plus souvent des formats A4 j’utilise des feutres noir ou de couleur.
Ce sont très souvent des représentations humaines, comme des cartographies sensorielles ou des topographies.
J’utilise à l’inverse du design rarement la couleur en aplat mais plutôt pour cerner.
Souvent je scanne ces dessins et les imprime de manière unique quand ils sont présentés ou réalise des zines que je donne.“
……………………………………………………………………………………………………………………….
matali crasset est designer industriel de formation. Elle a fait ses premières armes dans les années 1990 auprès de Denis Santachiara en Italie et Philippe Starck en France. Au début des années 2000, elle a créé sa propre structure, matali crasset productions. C’est à Belleville, au cœur d’un quartier populaire parisien, dans une ancienne imprimerie réhabilitée en logements et petits jardins qu’elle a installé son studio, attenant à sa maison, au beau milieu des allées et venues des voisins et des jeux des enfants.
Ses territoires d’intervention sont multiples, toujours liés à des rencontres. Elle collabore avec des acteurs variés, aussi bien l’artisan qui souhaite faire évoluer sa pratique qu’un particulier en quête d’un nouveau scénario de vie domestique, aussi bien l’industriel prêt à expérimenter que l’hôtelier qui veut développer un nouveau concept (Hi Hotel à Nice ou Dar Hi à Nefta), aussi bien la petite commune rurale qui cherche à valoriser son dynamisme culturel et social que le musée qui souhaite se métamorphoser (SM’s à s’Hertogenbosch aux Pays-Bas). Elle rassemble des univers ordinairement bien distincts, de l’artisanat à l’art contemporain, de l’industrie textile au commerce équitable, réalisant des projets de scénographie, de mobilier, d’architecture, de graphisme, des collaborations avec des artistes (Peter Halley), avec de jeunes entreprises d’édition de mobilier, avec des municipalités et des collectivités…
Cette expérience acquise au fil des années l’engage désormais dans des projets de plus en plus participatifs, au niveau local comme au niveau global, en milieu rural comme en milieu urbain. A partir de rencontres, d’ateliers de création, de réflexions et d’envies communes, elle travaille avec des porteurs de projets différents mais qui tous ont la conviction que les dynamiques collectives engendrent des scenarii plausibles de lien social.
C’est finalement autour de la question du vivre ensemble que s’organisent les fictions, les récits et le sens du travail de matali.
Les éditions Rizzoli ont publié une monographie retraçant son parcours.
http://www.matalicrasset.com

Publicités
1 commentaire
  1. Marie M a dit:

    j’aime beaucoup quelque chose comme intérieur / extérieur … Flux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :