Le dessin de la semaine
Retrouvez les 164 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2019 ♦ Semaine 11
Dessin préparatoire, Alexandra Tollet

“Il est un dessin préparatoire de mes sculptures qui viennent. Il est rare que le dessin précède mes modelages. Généralement il les accompagne, c’est un dialogue qui façonne. »

Alexandra Tollet est céramiste et plasticienne. Elle vit et travaille à Saint Maur des Fossés.
Elle a reçu le Prix du Jury “Céramique sur Seine“ à Melun en septembre 2013 et le 1er prix du marché eurorégional du musée de Raeren en Belgique, en septembre 2009. Son travail est régulièrement exposé en France et à l’étranger à l’occasion d’expositions collectives et personnelles.
Ses œuvres seront présentées du 11 au 14 avril 2019 au Festival de Céramique à Paris 11e.

Le dessin de la semaine
Retrouvez les 163 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2019 ♦ Semaine 10
On the treshold of a dream, Isabelle Daëron

“Le dessin traduit l’intention du projet : raconter le passage d’objets d’un monde réel à un monde rêvé. D’un côté, l’univers est noir et blanc, géométrique, de l’autre, il est coloré et vivant.”

Designer et chercheuse en design, diplômée de l’ENSCI-Les Ateliers, Isabelle Daëron conçoit des scénarios articulant espace urbain et flux naturels (eau, soleil, vent). Son activité se structure autour de trois champs de compétences agissant en synergie : design produit, design urbain et design espace. Au sein du Studio créé en 2010, les projets de design urbain sont menés par Pauline Avrillon, diplômée de l’École Boulle. Floriane Roué, architecte d’intérieur diplômée de l’ENSAD, contribue aux différents projets de set design et design d’espace. Le Studio Isabelle Daëron collabore fréquemment avec des institutions publiques (Cité du design de Saint-Étienne, CAUE Rhône-Alpes, Domaine de Chamarande, Centre Pompidou, etc.), des entreprises privées (Hermès, Leroy Merlin, Orange, Suez environnement, Lesieur, etc.), des municipalités (Ville de Rennes, Ville de Saint-Galmier, Ville de Rheu, etc.) ainsi que des manufactures (Cristal Saint-Louis).

Le dessin de la semaine
Retrouvez les 162 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2019 ♦ Semaine 9
Diptyque vertical, Patrice Novarina

“Lumières, traces humaines, paysages marins…”

Baigné depuis l’enfance dans un environnement d’artistes et encouragé par Jean Dubuffet avec qui il se lie d’amitié dans les années 70, Patrice Novarina, qui a exercé pendant plusieurs dizaines d’années comme architecte, devient aussi peintre et sculpteur. Fasciné par les objets du quotidien, il érige ses sculptures à la manière de totems ou de fétiches, avec des objets incongrus, vestiges trouvés ça et là et qui, assemblés à la manière de collages, prennent un sens nouveau. D’autres œuvres plus monumentales se trouvent à la croisée de l’architecture et de la sculpture. Il appelle d’ailleurs ces dernières des “archisculptures”. Ses peintures et sculptures ont été exposés à plusieurs reprises en France et au Portugal. Une partie de ses dessins ont été publiés chez Calligrammes dans l’ouvrage “D’un carnet à l’autre“ en 2015.

Le dessin de la semaine.
Retrouvez les 161 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2019 ♦ Semaine 8
Étude, Mélanie Faucher

“Toujours là… comme un organe, quelque chose auquel on ne pense même pas, le dessin est là, c’est tout. 
Je crois avoir toujours dessiné, enfin depuis que je sais tenir un crayon mais le dessin n’a jamais été un projet en soi. J’ai régulièrement jeté, souvent négligé. J’ai copié, recopié, re-recopié dans les salles des musées ou le nez dans des livres. Le dessin était alors un moyen d’apprendre à représenter. Si parfois je m’autorisais à dériver en solitaire sur des pages blanches, je revenais rapidement à l’exercice de la copie.
Et puis j’ai entamé l’apprentissage du vitrail et en parallèle spontanément l’abstraction est apparue comme une évidence. Je trace, depuis, sur de grandes feuilles des formes que je recadre et découpe. De ce tas de confettis émergent des fragments que je réassemble sur un fond neutre.
Le dessin est devenu un moyen de composer, il n’est toujours pas une finalité ; cela par contre n’a pas bougé.”

Après une formation classique en dessin et modelage, Mélanie Faucher se tourne vers l’art du vitrail. Elle est diplômée d’un CAP arts et techniques du verre, option Vitrail. Par la suite, d’ateliers en ateliers, elle se forme aux différentes techniques et développe ses compétences, notamment en peinture sur verre. Cette pratique a ouvert de nouvelles possibilités artistiques, permettant une plus grande liberté dans la composition des vitraux.

Le retour des dessins de la semaine.
Retrouvez les 160 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2019 ♦ Semaine 7
Étude d’un paysage, Paul de Pignol

Étude d’un paysage – Crayon sur papier réhaussé – 42,5 x 52 cm
“C’est une étude parmi d’autres pour la réalisation d’une grande toile sur le même thème”

Paul de Pignol, né en 1965, est sculpteur, peintre et dessinateur

Merci à Jean-Edouard Bodziak, Franck Mas, Anne Seiller et Olivier Marty
d’avoir incarné le texte “On lit ou on regarde un dessin ?“
à l’occasion de la Nuit de la Lecture 2019.

Merci à vous tous, petits et grands, pour votre écoute attentive
et aux Urban Sketchers pour leurs captations dessinées.

Merci à toute l’équipe de la Bibliothèque Forney de nous avoir ouvert les portes de ce bâtiment remarquable et à la Mairie de Paris pour sa confiance.

© Constance Ranoux
© Constance Ranoux

Tellement heureux de commencer l’année par une invitation !

Les Traces Habiles Nuit de la Lecture 2019

Nous vous attendons le samedi 19 janvier à la Bibliothèque Forney à l’occasion de la Nuit de la Lecture 2019 autour du texte “On lit ou on regarde un dessin ?”.

Recomposé à partir des témoignages de 170 créateurs (architectes, designers, paysagistes, graphistes, stylistes, danseurs, comédiens, musiciens, écrivains, cuisiniers, artisans d’art…) le texte restitue les multiples enjeux du dessin/dessein dans le processus créatif.

La soirée, organisée sous la forme d’une performance dessinée dans la Galerie de la Bibliothèque Forney, donnera la parole à 3 comédiens. Leurs mots se suivent, se répondent, se confrontent. L’artiste, qui incarne par sa présence silencieuse tous ceux qui prennent le crayon pour poser l’idée sur le papier, se saisit de leurs mots pour tracer sur de grandes feuilles ses propres déambulations.

Venez (re)découvrir à cette occasion l’Hôtel de Sens, qui abrite la Bibliothèque Forneyconstruit durant la seconde moitié du XVe siècle par Tristan de Salazar, archevêque de Sens. Avec ses tourelles d’angle, son porche gothique, son donjon et ses hautes fenêtres parées de blason ressemble à un ingénieux croisement entre un château-fort et une demeure de plaisance de la Renaissance…
À la fois bibliothèque de conservation et de prêt, la Bibliothèque Forney a pour spécialités les beaux-arts, les arts décoratifs, les arts graphiques, les métiers d’art et leurs techniques ainsi que la mode, la publicité, le design. C’est une des grandes bibliothèques patrimoniales de la Ville de Paris qui se signale par la diversité de ses documents : livres et revues, ephemera, catalogues d’expositions, de musées, de ventes publiques et de salons…

Lecture : Jean Edouard Bodziak,  Franck Mas, Anne Seiller
Captation dessinée : Olivier Marty

Bibliothèque Forney, samedi 19 janvier 2019, de 19h45 à 22h30
1 rue du Figuier 75004 Paris, entrée libre.

nuitlecture_2019_Avatar_300x300px (png, 26 Ko)