Le dessin de la semaine
Retrouvez les 200 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“
2020 ♦ Semaine 27
Croquis, Elisabeth Rubin

Extrait d’une page de croquis de recherche pour une bande dessinée de présentation de l’art oratoire… un authentique brouillon.
Cette bande dessinée m’a été demandée par Patrick Minod le fondateur de la formation « Orator Coach », formation que j’ai suivie pour entre autres enregistrer mes vidéos.

Elisabeth Rubin est designer, diplômée de l’ENSAD en 1986.
Après différentes missions auprès de grandes entreprises – Rossignol, Seb, Scubapro, LVMH, Kodak – elle crée sa société Deliza dédiée à l’innovation culinaire.
En parallèle elle enseigne la création et le dessin sous toutes ses formes à l’Ecole Normale Supérieure à Lyon de 1997 à 1999, à la Haute École de Joaillerie à Paris de 1999 à 2001, à l’ENSAAMA Olivier de Serres Paris depuis de 2001 à 2019, aux Arts et Métiers ParisTech – Master innovation depuis 2010, sur la plateforme web : attractive-sketches.art à partir de juillet 2020.

Le dessin de la semaine
Retrouvez les 199 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“
2020 ♦ Semaine 26
Carnet de bord, Ruedi Baur

Débuté le 12 avril 2020, alors que plus de 3 milliards de citoyens de la Terre se trouvaient confinés par leurs gouvernements mutuels, ce carnet de bord retrace sous la forme d’illustrations quotidiennes, ce moment historique tout en l’interrogeant. Chaque nuit je conçois une ou plusieurs illustrations en fonction de l’actualité. Elles sont dans un second temps finalisées par Odyssée Khorsandian.
Les illustrations reposent sur un système iso développé par Integral Ruedi Baur, en 2015 en hommage à Otto Neurath, pour Manifesta 11 Zurich, puis pour le livre “Un monde à changer” paru aux éditions Lars Müller publischer en 2019.

Depuis les années 80, Ruedi Baur pense son activité de designer dans le contexte de l’espace public. Revendiquant un design interdisciplinaire et civique, il intervient sur des problématiques liées à l’identification, à l’orientation, à la scénographie et au design urbain comme à la représentation d’institutions et de territoires politiques.
Dans la droite ligne de ses préoccupations,  Ruedi  Baur crée en 2004, l’institut de recherche Design2context à la Zürcher Hochschule der Künste (ZHdK) puis à sa fermeture en 2011, il fonde l’Institut de recherche en design critique Civic city avec Vera Baur. Il enseigne et développe des programmes de recherches à la HEAD de Genève, à l’ENSAD Paris et à l’Université de Strasbourg où il a soutenu sa thèse  en 2016 « Entre Identité et identification, les valeurs civiques des systèmes de représentation territoriaux ».  Depuis 2018, il intervient également à l’EHESS et à Sciences PO à Paris.
Il a fondé les ateliers Intégral Ruedi Baur Paris et Zurich, l’atelier de recherches appliquées Laboratoire Irb et vient juste de créer la JEU –Jeune Entreprise Universitaire- Dix Milliards Humains,  atelier de recherche développement avec Vera Baur. Plusieurs ouvrages parus aux éditions Lars Müller, Zurich, et Jean Michel Place Paris présentent ses réalisations et réflexions. Il est également à l’initiative de la  plateforme Social Design.
Avec l’équipe d’Intégral Paris, il vient de concevoir le système d’information voyageurs des lignes du futur métro du Grand Paris (2022-2030).

https://www.instagram.com/ruedibaur/
http://facebook.com/ruedibaurpage

Le dessin de la semaine
Retrouvez les 198 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“
2020 ♦ Semaine 25
Carnet d’atelier, Tangui Robert

Je partage toujours mon temps entre agence d’architecture et atelier de gravure…
et toujours attaché au dessin comme outils de conception et de réflexion !

Tangui Robert est artiste & architecte.
Son travail artistique est à la lisière de l’architecture, de l’art et du paysage. Architecte de formation, il a toujours souhaité faire coexister cette pratique avec d’autres champs disciplinaires. Cette posture l’a mené à travailler de manière hybride, en mêlant expériences professionnelles, voyages au long cours, et recherches plus théoriques autour de la question du regard et de la perception du monde qui nous entoure. Il partage aujourd’hui son temps entre travaux artistiques, collaborations avec l’agence tact architectes et enseignement à l’Ecole d’Architecture de Nantes. 

Le dessin de la semaine
Retrouvez les 197 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“
2020 ♦ Semaine 24
Bridge, Patrick Loughran

Ce dessin fait partie d’une série de dessins qui dialoguent avec mes sculptures en céramique et qui sont faits au même moment. Chacun est réalisé en totale improvisation, un travail de couches et de fragments d’images recomposées. “Bridge” est une collection de “céramique souvenirs“—un lavis bleu de cobalt sur la porcelaine, un peu d’or qui rappelle les lustres, des formes articulées sortant des moules… et toujours les traces des doigts.

Céramiste, originaire de Detroit (Michigan), Patrick Loughran est diplômé des Beaux-Arts et en Sciences politiques de la Columbia University à New York. Il a enseigné la céramique à New York, Chicago et au Nouveau-Mexique. En 1991, il s’installe à Paris. Il enseigne ensuite à l’École nationale supérieure d’art de Limoges et dans plusieurs écoles municipales d’arts plastiques. Lauréat du Prix de la ville de Vallauris en 2016, il expose régulièrement ses sculptures et dessins en France et à l’étranger.

Sa prochaine exposition “This and That“ aura lieu au Centre Céramique Contemporaine La Borne du 20 juin au 21 juillet 2020.

L’association LES TRACES HABILES en partenariat avec le Fonds de dotation Enseigne des Oudin organise un concours à destination des étudiants des écoles supérieures et ­des cursus universitaires d’art, de graphisme, d’architecture, de design et de paysage, le PRIX DESS(E)INS.
Le thème de l’édition 2020, “dehors“, étant particulièrement en phase avec l’actualité, il nous a semblé regrettable de ne pas saisir l’opportunité d’y consacrer un peu plus de temps… Les dossiers sont donc à rendre pour le 31 août 2020.

Jury :
Caroline Bouige, journaliste, enseignante et rédactrice en chef de la revue étapes
François Combeau, président de l’association Les Traces Habiles
Isabelle Daëron, designer
Olivier Marty, artiste et paysagiste dplg.
Jannick Thiroux, directeur de l’Enseigne des Oudin

Exposition du 7 au 17 octobre 2020 à l’Enseigne des Oudin – Fonds de dotation
4 rue Martel 75010 Paris.

Le dessin de la semaine
Retrouvez les 196 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2020 ♦ Semaine 22
Illuceptions ••• , Laure Garreau

“Planche de dessins et de recherches préparatoires pour l’ouvrage – Sauver les imaginations. Le Sabre de la Mathesis – de Mathias Béjean, à paraître prochainement.“

Diplômée de l’ENSCI-Les Ateliers en 2011 et du Master 2 de Recherche en design (ENS-Paris-Saclay—ENSCI-Les Ateliers—Télécom ParisTech), Laure Garreau est designer au sein d’un groupe industriel de haute technologie. Elle est également membre associée du Centre de recherche en design (CRD) de l’École normale supérieure Paris-Saclay et de l’ENSCI-Les Ateliers.

Le dessin de la semaine
Retrouvez les 195 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2020 ♦ Semaine 21
Touffu, Catherine Zask

“jeudi 30 avril 2020
le plus difficile c’est pas de dessiner
c’est de s’y mettre
ça a toujours été le cas
mais depuis le confinement
la difficulté s’est accrue
en plus
je ne sais pas quoi dessiner
la question n’a aucun sens
il suffit de commencer
une tache un trait un essuyage de pinceau un mot
ensuite la difficulté
c’est de s’arrêter.“

Catherine Zask est graphiste, elle vit et travaille à Paris.
Diplômée de l’ESAG Penninghen (Paris) en 1984, elle ouvre son propre studio en 1985.
En tant que graphiste, Zask collabore sur le long terme avec des institutions culturelles et des entreprises du secteur privé. Nombre de ses travaux graphiques ont été distingués par des prix internationaux et figurent dans des collections publiques.
Depuis 1984, elle ne cesse d’approfondir son travail sur la lettre et dessine quotidiennement. Elle crée Alfabetempo en 1993, lors de son séjour à la Villa Médicis à Rome. Ce travail est le prolongement d’une recherche engagée dix ans auparavant autour du tracé, du signe, de l’écriture. Il donnera lieu à de multiples développements : alphabet, sculptures, compositions…
Outre le travail graphique, l’œuvre de Zask est composée de nombreuses séries : Alfabetempo, Cousu-Zask, Gribouillis, Happy Dots, Languazask, Radiographies de pensées, Sismozask, Splatchs, The Iris Project… une trentaine de projets menés simultanément, mêlant écriture, dessins, films, photographies.
Nombreuses expositions, publications, conférences, ainsi que des jurys, en France et à l’étranger. Pensionnaire de la Villa Médicis, Académie de France à Rome en 1993-1994, Catherine Zask a reçu le Grand Prix de la 20e Biennale internationale de design graphique de Brno en 2002. Elle est membre de l’AGI, Alliance graphique internationale. En 2010, elle est faite chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres.

https://www.catherinezask.com
https://www.instagram.com/catherinezask/
https://www.facebook.com/catherine.zask

Le dessin de la semaine
Retrouvez les 194 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2020 ♦ Semaine 20
Avril 2020, Aurélie Mathigot

“Comment fais-tu pour être partout à la fois, toujours disponible , toujours qu’à moi et tellement à tous les autres,tu m’aimes sans fin, sans jugement et tu m’encourages sans cesse, je sens ta main sur mon épaule qui me console et me berce, comme un rayon lumineux qui soigne les noeuds de mes épaules trop tendus. Tu sais faire naître le jour là où l’obscurité se bat pour lutter avec l’instant à vivre. Tu arrives et en un rayonnement, tu déstabilises les fausses illusions, ravive l’endurance, et donne le goût de s’étirer dans tous les interstices du présent.“

Aurélie Mathigot est artiste plasticienne, sa démarche artistique questionne les notions de surabondance, d’envahissement, du temps qui nous échappe.
Pour représenter cela et accentuer sa problématique, elle utilise des techniques qui nécessitent beaucoup de temps dans leur exécution, des techniques artisanales, issues du quotidien comme la broderie, le crochet, la vannerie, la céramique, le bois sculpté…

Le dessin de la semaine
Retrouvez les 193 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2020 ♦ Semaine 20
Lézard caladé, Isabelle Daëron

Dessin d’intention.
Le Lézard caladé est une installation célébrant la faune peuplant la Plaine de la Crau.
Elle emprunte au lézard ocellé sa forme et sa peau pointilliste en valorisant un savoir-faire local : la calade.

Designer et chercheuse en design, diplômée de l’ENSCI-Les Ateliers et de l’Esad à Reims, Isabelle Daëron conçoit des scénarios articulant ressources naturelles et habitabilité. Ses projets mettent en perspective l’importance de l’enjeu environnemental actuel et leur champ d’application (flux, mobilité, espace public) tout en valorisant les ressources disponibles sur le territoire auquel ils sont attachés.
Certains de ses travaux, réunis sous la thématique des «Topiques» — Topique-eau, une fontaine filtrant l’eau de pluie ; Topique-eau-des-Cimes, un micro-réseau d’irrigation ; Topique-ciel, un miroir naturel alimenté par l’eau de pluie ; Topique-feuilles, un collecteur de feuilles utilisant le vent — ont reçu de nombreuses récompenses, telles le Prix Lille Design en 2012, Le Grand Prix de la ville de Paris en 2013 et le Prix Audi Talents Award en 2015. Son travail a également été exposé en France, lors de la Biennale internationale du design à Saint-Étienne, les Designer’s Days à Paris ou encore l’exposition «Conversation(s)» au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, et à l’international lors de l’International Craft Design exhibition à Taipei, la Helsinki Design Week, le CCA Kitakyushu au Japon, parmi d’autres.
Finaliste du Prix COAL – Art et Environnement 2017 et lauréate FAIRE DESIGN 2018, Isabelle Daëron travaille en collaboration avec deux designers : Pauline Avrillon, designer diplômée de l’École Boulle travaillant sur les projets de design urbain et Floriane Roué, architecte d’intérieur diplômée de l’Ensad, contribuant aux projets de set design (vitrines et scénographies). Ensemble, ils forment le Studio Idaë.
Studio Idaë se structure autour de trois champs de compétences agissant en synergie : design urbain, set design et recherche. Il collabore fréquemment avec des institutions publiques (Cité du design de Saint-Étienne, CAUE Rhône-Alpes, Domaine de Chamarande, Centre Pompidou, etc.), des entreprises privées (Hermès, Cristal Saint-Louis, Leroy Merlin, Orange, etc.), des municipalités (Ville de Rennes, Ville de Saint-Galmier, Ville de Rheu, etc.).

Chacun chez soi… Le dessin de la semaine
Retrouvez les 192 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2020 ♦ Semaine 19
Avril 2020, Benjamin Graindorge

Par la graisse et la couleur du trait, par la surface du papier, le dessin prend vie et se révèle à lui-même. Je dessine par couches successives, j’additionne pour trouver la silhouette de mon émotion.

Benjamin Graindorge est designer, diplômé de l’ENSCI – les Ateliers en 2006. Il est sélectionné deux années consécutives au festival Design Parade et remporte consécutivement le concours Cinna et les Audi Talents Awards dans la catégorie Design.
Après être parti en résidence à la villa Kujoyama à Kyoto il revient en France pour collaborer avec François Bauchet sur la scénographie de la Biennale
Internationale du Design de Saint-Etienne 2010. En 2011, il s’expose pour la première fois en solo show à la galerie Ymer&Malta.
A présent, Benjamin Graindorge a la chance de travailler à toutes les échelles du design : du design industriel au design d’édition en passant par la scénographie pour Ligne Roset, Artuce, Moustache, la Galerie Ymer&Malta, Hartô, Maison Hennessy …