Chaque semaine, un dessin commenté par son auteur.
Vous retrouverez les 93 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2017  Semaine 02
Island, Juliette Vergne

islande

“ J’ai justement un nouveau dessin sous le coude. Il s’appelle Islande, je l’ai réalisé lors d’un séjour là-bas où j’ai passé pas mal de temps à étudier les petites choses qui m’entouraient.“
…………………………………………………………………………………………………………….…….
JULIETTE VERGNE est née en 1986 à Nîmes. Elle s’intéresse très vite à l’univers du textile et après une formation en stylisme, elle s’oriente vers le motif et le travail de la matière. Elle est aujourd’hui artisan – designer textile et a lancé depuis 2013 sa griffe éponyme dans son atelier mulhousien. Volontairement positionnée dans le haut de gamme et éco-orientée, elle veille à une production responsable, soucieuse de l’environnement.

Nous reprenons en ce début d’année notre rubrique qui présente chaque semaine un dessin commenté par son auteur.
Vous retrouverez les 92 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine “.

2017  Semaine 1
Sudoku, Catherine Zask

160905_zask_sudoku_img_4573_2000pxaEncre de Chine sur support imprimé (“Sudoku Top Master” numéro 30)

………………………………………………………………………………………………………………….

CATHERINE ZASK est graphiste, elle vit et travaille à Paris.
Diplômée de l’ESAG Penninghen (Paris) en 1984, elle ouvre son propre studio en 1985.
En tant que graphiste, Zask collabore sur le long terme avec des institutions culturelles et des entreprises du secteur privé. Nombre de ses travaux graphiques ont été distingués par des prix internationaux et figurent dans des collections publiques.
Depuis 1984, elle ne cesse d’approfondir son travail sur la lettre et dessine quotidiennement. Elle crée Alfabetempo en 1993, lors de son séjour à la Villa Médicis à Rome. Ce travail est le prolongement d’une recherche engagée dix ans auparavant autour du tracé, du signe, de l’écriture. Il donnera lieu à de multiples développements : alphabet, sculptures, compositions…
Outre le travail graphique, l’œuvre de Zask est composée de nombreuses séries : Alfabetempo, Cousu-Zask, Gribouillis, Happy Dots, Languazask, Radiographies de pensées, Sismozask, Splatchs, The Iris Project… une trentaine de projets menés simultanément, mêlant écriture, dessins, films, photographies.
Nombreuses expositions, publications, conférences, ainsi que des jurys, en France et à l’étranger. Pensionnaire de la Villa Médicis, Académie de France à Rome en 1993-1994, Catherine Zask a reçu le Grand Prix de la 20e Biennale internationale de design graphique de Brno en 2002. Elle est membre de l’AGI, Alliance graphique internationale. En 2010, elle est faite chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres.
https://www.catherinezask.com
https://www.facebook.com/catherin.zask

Ce sera le dernier “dessin de la semaine“ de l’année et nous le prenons comme un cadeau !
Merci  Julian Schwarz.

Belles et heureuses fêtes à tous

j-schwarz

“…un dessin destiné à disparaître…“
……………………………………………………………………………………………………………………….
JULIAN SCHWARZ vit et travaille en Bourgogne. Après ses études à l’école d’art Slade à Londres, il construit des formes complexes en bois. Celles-ci se sont développées en de grands vaisseaux taillés dans un seul bloc. Il travaille actuellement les billes avec des outils manuels et traditionnels.
Il est lauréat du Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main en 2010. Ses oeuvres se trouvent au Fonds National d’Art Contemporain, au Musée des Arts Décoratifs à Paris, à la Henry Moore Foundation, à la Tate, au V&A Museum et dans de nombreuses collections particulières.

Chaque semaine, un dessin commenté par son auteur.
Vous retrouverez les 90 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2016  Semaine 50
Hyacinth, Patrick Loughran

hyacinth

“Je fabrique mes sculptures céramiques suivant un “protocole d’improvisation“. L’atelier rempli de formes, de gestes, de fragments de terre devient une sorte de carnet de croquis en volume. Je revisite souvent ces sculptures et les ré-emaille ou recompose. Ce dessin,  Hyacinth est né dans le même esprit. Il appartient à une série de dessins réalisée cette année en reprenant des dessins, faits à New York il y a trente ans que j’avais à l’époque découpés. On voit dans Hyacinth un fond atmosphérique du dessin au fusain qui est le fragment de l’original. Après, les couches d’encre, d’acrylique et de pastel mettent l’image en mouvement avec une vie agitée et excentrique.“
……………………………………………………………………………………………………………………….
Céramiste, originaire de Detroit, PATRICK LOUGHRAN a étudié les sciences politiques, puis la sculpture et les arts appliqués à Columbia University à New York. Il a enseigné la céramique aux écoles des Beaux Arts à New York, Chicago et au Nouveau Mexique. En 1991 il s’installe à Paris. Il a enseigné à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art (ENSA) de Limoges et dans plusieurs écoles municipales d’arts plastiques. Il expose sculptures et dessins en France et à l’étranger: la Biennale Internationale de Céramique de Vallauris (Prix de la Ville de Vallauris 2016) ; Le Fil Rouge (Roubaix) ; Le Prix David Miller (Bandol) ; Saarländisches Künstlerhaus, (Saarbrücken, Allemagne) ; Espace Gainville (Aulnay-sous-bois) ; Galerie Empreintes (Aydat) ; la 15ème Biennale Internationale de Céramique (Châteauroux) ; la Fondation Bernardaud (Limoges) et la Mona Bismarck Foundation (Paris) ; la Maison d’art contemporain Chaillioux (Fresnes) ; l’Espace d’art contemporain Camille Lambert (Juvisy-sur-Orge) ; Fule International Ceramic Museums (Fuping, Chine).

Chaque semaine, un dessin commenté par son auteur.
Vous retrouverez les 89 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2016  Semaine 49
Sans titre, Jalil Amor
amor-jalil

“Le dessin concernait la consultation Réinventer Paris. C’est un dessin qui parle d’un immeuble à multiples usages : marché, école, place, bureaux, logements…
Comment montrer la diversité, les échanges, les relations des espaces entre eux ? Comme un long travelling qui dévoilerait des scénettes, une coupe sur le bâtiment comme le fait si bien Wes Anderson dans ses films.“
……………………………………………………………………………………………………………………….
JALIL AMOR est un designarchitecte, il fait du design comme de l’architecture et de l’architecture comme un dessin. Pour faire simple, il dessine des hôtels et vient d’en terminer un à Rio.
http://www.wallpaper.com/travel/brazil/rio-de-janeiro/hotels/mama-shelter

Chaque semaine, un dessin commenté par son auteur.
Vous retrouverez les 88 premiers dans l’onglet “le dessin de la semaine“

2016  Semaine 48
Le polyèdre de Dürer, Claude Courtecuisse

claude-courtecuisse-l

“C’est une étude qui concerne le Polyèdre de Dürer que l’on perçoit dans sa gravure Mélancolia réalisée en 1514. Étude qui m’a permis d’analyser la complexité de son principe de construction géométrique et d’en réaliser un volume en miroir pour une exposition à « La Tannerie » en Bretagne. Les dessins sont réalisés sur calque américain format A3.“
……………………………………………………………………………………………………………………….
CLAUDE COURTECUISSE est artiste, designer, enseignant, il vit et travaille à Lille et Paris. 
Diplômé des Arts Appliqués de Paris et de l’E.N.S. (École Normale Supérieure de Cachan) il enseigne à l’École régionale des Beaux Arts de Lille de 1970 à 1987, puis assure la direction entre 1987 et 1989. De 1989 à 1992 il est Inspecteur Principal des Enseignements Artistiques au Ministère de la Culture. Chargé de cours et conseiller pédagogique de l’École Camondo entre 1988 et 2007, il a été aussi professeur agrégé à l’École Olivier de Serre de 1994 à 2007. Il intervient à l’E.N.S. Cachan pour la préparation de l’agrégation en Arts Appliqués. En tant qu’artiste, photographe, sculpteur et designer, il a réalisé de nombreuses commandes publiques et plusieurs de ses œuvres ont été acquises par le Ministère de la Culture, le Musée d’Art moderne de Villeneuve d’Ascq, le Centre Georges Pompidou.