“le dessin de la semaine n° 22“

2015  Semaine 14
GRANDES, JEAN-NOËL BUATOIS

grandes - J.N.Buatois

Le dessin de la matière.
“J’ai un tas d’acier qui a demandé déjà des heures de perçage, de remplissage, de forgeage pour obtenir des carrés de matière de 4 cm de côté qui reposent sur l’enclume.
Des dizaines de milliers de pièces qui sont toutes un trait potentiel.
Je forge donc deux fois par jour des sets de 3 heures à peu près.
Tripé, tout va à la machine !
Je me lève à 4 h 30, je fais mes petits trucs énergétiques et de respirations pour tout lâcher.
Je suis au feu à 6 h. Le dessin et mon plan pour forger sont prêts.
Je sais ce qui se passe dans chaque barreau, ils ont tous un nom qui correspond à un dessin.

Et je commence à forger.
Je forme au carré puis selon le volume, la pâte se plie, se ploie.
Je dis souvent malicieux à mes visiteurs que je fais de la pâte à modeler. Je calibre, j’incline, je tords, tour par tour tant l’acier est impénétrable à cette taille, j’inverse le sens de rotation, je laisse filer le pinceau, parce que je commence à peindre, je reprends, resserre, contraste.
Le rythme du pilon est celui de mon cœur qui tape ou cingle comme un coup de fouet quand le cerveau parle, j’écrase, fais apparaitre la maille à l’extrémité. Les courbes se succèdent dans le damas que je vois à certaines températures, c’est comme un bonbon filé, la forme de la plume approche, je dois la mettre dans la bonne direction, lui donner figure pour que le dessin que j’ai enfermé dedans puisse exister. Je reprends dix fois, je serre à la soie, je dresse.
Voilà, je laisse refroidir, je pourrai ensuite poser sur ma feuille pour voir si je suis pile dans le dessin forgé intégralement à l’oeil.
Il est 10 h 30.

Quand je vais enlever la croûte d’acier noire et brulée par les trois heures de forge, je vais découvrir l’ordre dans lequel les centaines de points du motif montagnes lointaines, un vieux motif japonais réservé aux vêtements des samouraï, s’est transformé en une myriade de points tournoyants qui seront le dessin imprévisible de cet objet de lumière… Ce dessin correspond à une pratique de la matière non encore dissociée de l’être (l’occident passe son temps à séparer, coeur et pensée, analyse et intuition, mental et corporel, etc.).
La matière est transformée, toutes les matières.“

……………………………………………………………………………………………………………………….
JEAN-NOËL BUATOIS est coutelier-créateur
Après un parcours artistique international, la découverte de la forge a radicalement transformé l’activité de Jean-Noël Buatois. Ils s’est tourné depuis plus de dix ans vers la fabrication de couteaux qu’il réalise entièrement, du design à la fabrication de l’acier en passant par la sculpture des différents matériaux qu’il utilise. Son travail a été récompensé par plusieurs prix, dont le “Prix pour l’intelligence de la main“ de la Fondation Bettencourt en 2011.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :