C’est l’été !

Les Traces Habiles
Une occasion de prendre le temps de lire ces quelques lignes…

Line
Surface gravée d’un trait étroit, chemin
imaginé entre deux points. D’une épaisseur singulière,
une remarque en passant, un fragment, une phrase inachevée.
C’est le bord d’une forme, et ses contours
Dans son intégralité. Une mélodie arrangée, une récitation,
manière dont se forment les horizons. On pense au nivellement,
à la capture, à la disposition du corps (à la fois en mouvement
et au repos). Ce sont des paumes et des plis,
corde serrée autour de la main de quelqu’un, des choses
qui ressemblent à des marques dessinées : une suture ou le faîte d’une montagne,
une incision, telle épaisseur de lumière.
Une lame de rasoir contre un miroir, 
tassant une dose, ou l’agitation
des courroies de transmission, les machines érodées, au ralenti.
Un conduit, une frontière, un astreignant
programme de pensée. Et ici, la tension
des piquets de tente, la terre retournée, la profondeur d’une tranchée.

Matt Donovan, 2003
Poème publié dans l’ouvrage “Une brève histoire des lignes“ de Tim Ingold aux éditions Zones sensibles, 2011

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :